Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
French girl in California

la Californie + une étudiante parisienne + 1 an = le journal d'une presque party girl !

Sex, Drugs & Rock 'n' Roll ! California edition 1

Pardon pour le silence radio mais impossible de se la couler douce depuis le début des cours (24 Août dernier), le Labor Day passé, mon trip à San Francisco et Halloween qui approche à grand pas n'ont pas non plus facilités l'agencement de mon emploi du temps !

Mais me revoilà avec tellement de sujets d'articles que vous allez en avoir marre de me lire (ou pas justement)! Le sujet de cet article en particulier va en intéresser beaucoup puisque ce sujet est couvert par 99% des séries que vous Netflixez à longeur de journée à savoir: LES FETES AUX ETATS-UNIS ! 

Friday night's ready !

 

Il a donc bien fallu que je me soumette à cette "tradition" qui débute le Vendredi et perdure parfois jusqu'à Dimanche soir. N'étant pas une fêtarde invétérée, je me suis contentée du Vendredi soir voire du Samedi. Ma dernière fête c'était il y a 2 semaines, mais mes souveirs restent encore frais (hélas ?).

La première chose à savoir c'est que nous français sommes de petits joueurs, mais nous n'avons pas à rougir hein, parcequ'ici ce sont des fous, donc notre conception de faire la fête n'est pas du tout la même. En quelques points je vais démontrer pourquoi la dose de travail qu'on nous donne ici nuit et/ou favorise la manière dont on fait la fête:

 

1. Projet X est une réalité non mythonnée

Même après les reportages que je me suis tapée sur le sujet je ne me suis jamais vraiment imaginée que l'homme pouvait aller aussi loin pour faire la fête. Jusqu'à ce que j'atterisse dans cette fête, au fond d'un jardin à l'abris des regards indiscrets et surtout de la police, parceque pas de doute il y avait un bon paquet de Freshmen (première année à la FAC) dans le lot et ils avient tous l'air de beaucoup aimer leur "verre d'eau"... Au programme un tri détaillée des invités et de ceux qui pouvaient aller se raser, DJ sur le toit, sono qui percent tes oreilles et change le sens de circulation de ton sang, poubelles formant une scène éphémère, danses lascives qui te donnent envie de te crever les 2 yeux et salle de défonse pour ceux qui auraient envie de passer par l'étape Lucy in the sky with Diamonds en toute sérennité.

 

2. Etre une fille n'a jamais été aussi dangereux qu'à une fête d'étudiants

Dans mon Université on est ultra connectés. Après tout juste 3 jours (après la rentrée donc) on nous a bombardés de messages nous avertissants des dangers de l'alcool et du fait qu'on devait faire attention en rentrant après une fête. Mes collocs et moi on vient de pays relativement différents plus ou moins sécurisés mais on étaient toutes d'accord que quelque soit la situation on ne devait se séparés sous aucun prétexte. Les hommes deviennent des animaux surtout sous l'effet d'alcool et ça n'est pas une métaphore, c'est une putain de réalité! On a reçu un mail nous dissant qu'une fille rentrant de son cours de nuit un Vendredi soir, s'était fait kidnapper, emmener dans une autre ville et violée. Pas question de jouer avec notre sécurité.

 

3. Black vs White = Dance machine ?

On a tous été plus ou moins influencés par cette légende urbaine qui affirme que les noirs savent mieux danser que les blancs, il y a un moment faut arrêter et réfléchir 2 secondes, réaliser qu'on est au 21ème siècle et m'expliqueer scientifiquement pourquoi les blancs ne sauraient pas danser! Je vous invite tous à venir en Californie ou je ne vois absolument aucune différence entre les blancs et les noirs quand il s'agit d'enflammer le dance floor. Le + ici ? C'est que personne ne juge ta manière de danser, tout le monde ici est là pour s'éclater et ça fait plaisir de voir qu'il n'y a aucune limite aux prestations auquelles j'ai pu assister. A noter qu'ici on aime beaucoup les danses répétitives à reproduire en groupe, en ce moment Silento et son Whip/ Nae Nae ont (toujours) le vent en poupe !

 

4. Les jeux d'alcool et ce qui s'ensuit...

Plus qu'un phénomène, c'est une véritable culture, les jeux d'alcool ont leur place dans les fêtes californiennes comme le lait à sa place dans le frigo ! Plus une observatrice qu'une joueuse j'ai pu comprendre que le Beer pong, Cheers to the governor et autres Flip cups ne sont que des prétextes déguisés pour boire comme un trou et être "excuser" si des gestes déplacés s'en suivent. Sauf que tout ça tourne souvent mal et vous renvoie au point n°2. 

 

Dans ma tentative désespérée de faire des photos de ce que j'ai pu voir, j'ai finalement quelques clichés de mauvaise qualité, vous me pardonnerez j'essayais de respirer en même temps (PS: les ombres noirs dans le coin gauche ce sont les DJs): 

Sex, Drugs & Rock 'n' Roll ! California edition 1
Sex, Drugs & Rock 'n' Roll ! California edition 1

Et voici une petite vidéo (mignonne à côté) pour te mettre dans le mood !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article